• iformevie

Le meilleur concept Sport Santé absolu !


Pourquoi un concept « sport - santé » n’est souvent pas très intéressant ?

Voici, généralement, les trois principaux désavantages d’un concept « sport-santé » :

1. Il n’est pas rentable

2. Il ne permet pas de générer des sources de rentrées d’argent

3. Il est trop contraignant


1. Bien sûr que les réponses 1 et 2 sont presque équivalentes, mise à part que la rentabilité peut exister avec de petites sommes encaissées, comme avec les protéines, et ne pas exister avec de grandes sommes encaissées, comme parfois avec les abonnements à la piscine…


2. Ne pas permettre de générer des sources de profits signifie qu’il n’y a pas de réels débouchés, comme pourraient l’être la vente d’équipements spécifiques, des collaborations choisies avec des décideurs de la santé ou encore de nombreuses interventions payantes de notre personnel ou de coachs dédiés…


3. La plupart des concepts proposés actuellement sont beaucoup trop contraignants : formations spécifiques beaucoup trop touffues et longues ou nécessité d’engager des compétences rarement en adéquation avec la notion de « clients payant non remboursés » par opposition à des « patients remboursés ». Les concepts « certifiés » le sont souvent à la condition expresse d’interdire de proposer ne serait-ce que des protéines, et pire, cette interdiction est valable sur l’ensemble du club – par compensation, peut-être qu’un jour les vaccins, eux, seront autorisés (lol) – qui plus est, les contrôles desdits concepts et du maintien de leur qualité sont payants, ce qui diminue d’autant leur rentabilité.


Mon expérience m’a appris que le vrai garant de la qualité, c’est le client, et qu’on est toujours aussi bon ou médiocre que la dernière fois qu’on est en contact avec lui !

Autre fait dérangeant, seul le matériel autorisé ne semble pas trop visé par les différentes contraintes prévues par les quelques organismes désirant chapeauter cette niche qu’ils prétendent si attractive… Du moins de leur propre point de vue, car, personnellement, je ne vois pas du tout pourquoi certaines associations seraient payées pour des concepts que nous sommes seuls à devoir mettre en place et rentabiliser.

En Allemagne, où il existe un « paragraphe 20 » permettant de proposer des cours sponsorisés par les assurances maladies et donc sous des aspects très prometteurs – telle l’AOK avec des dizaines de millions d’affiliés – ont fini par engendrer un net changement d’avis de la majorité des clubs positionnés « sport-santé ». En effet, lorsqu’un patient se voit recommander par son assurance ou son médecin la participation à un cours contre les maux de dos, et qu’il débourse entre rien et pas grand-chose pour y participer, il est quasiment impossible de le transformer en client ! Et les indemnités pour chaque participant sont trop basses pour s’enrichir puisque l’unique solution pour que lesdits cours soient pleins, c’est de les placer aux heures de pointe et donc de renoncer à un cours destiné aux clients payants… Ou donc d’accepter d’avoir des cours à moitié vides à 15h00 et de développer des stratagèmes pour faire consommer des personnes « subventionnées » vous demandant de les remercier de bien vouloir participer gratuitement ou presque à vos cours malheureusement si mal situés sur leur grille horaire à eux !

Pour la faire courte, je ne connais, à ce jour, que trois solutions dans le domaine du « sport-santé » effectivement rentables et offrant l’avantage de pouvoir être mises en place très rapidement, sans contrainte autre que de les faire connaître – ce qui est déjà assez difficile comme ça, je vous le promets.

Voici la première de trois solutions qui permettent de s’inscrire dans du véritable « sport-santé », tout en offrant la possibilité de ne pas nécessiter ni de contrôle extérieur, ni de renoncer à la vente de compléments alimentaires, ni de se voir obligé à une quelconque agrégation ou affiliation, quelle qu’elle soit…

Cerise sur le gâteau, elles peuvent toutes les trois être financièrement très intéressantes, car, hormis du temps, elles ne nécessitent presqu’aucun investissement et peuvent même être mises en place et utilisées en parallèle les unes des autres…

Commençons par ma préférée, vieille de près de 25 ans, ayant fait ses preuves dans plusieurs milliers de clubs principalement allemands. Si différents « mutants » sont présents à l’heure actuelle, on peut tous les classer sous une seule appellation : le permis fitness (Fitness Führerschein en allemand) qu’on pourrait traduire par le « brevet forme et santé » ou la capacité de se coacher soi-même…

Petit historique : à l’époque de son introduction en Allemagne, il y avait un gourou de l’entraînement du nom d’Andreas Bredenkamp, qui formait le personnel des fitness à « comment fonctionne le corps et comment l’entraîner à devenir plus performant ». Ndla : il n’y a, encore à ce jour, aucune formation officielle obligatoire, les clubs se fournissant auprès des kinés, des profs de sport et autres prestataires de santé reconnus tels les infirmiers, les « Krankengymnastiklehrer », etc. etc. Et pour les cours collectifs, auprès de ceux qui ont – le plus souvent payé de leur poche – des notions acquises qui chez Les Mills, qui chez Bodylife d’époque ou encore auprès du DAV ou de Pfitzenmeier ou d’autres structures, toutes privées…

De fil en aiguille et surtout au cours des ans, on en est venus à proposer ce concept aux personnes de l’extérieur, car la plupart des gens, encore de nos jours, sont très méfiants quant à nos capacités, à nous les clubs de remise en forme et leurs coachs, à « leur faire du bien »…

Finalement ce module appelé alors « Concept Coaching » devenu le « permis fitness » - à chacun d’entre nous de lui trouver un nom plus sexy - a été simplement proposé et marketé dans le but d’attirer des personnes n’ayant jamais mis les pieds dans un club de forme, ou pensant que ce n’est pas pour elles, voire même, prétendant ne jamais vouloir payer pour « ça » !

En effet, la plupart des personnes s’inscrivant au « permis fitness », s’y inscrivent comme elles le feraient pour la théorie du permis de conduire ! Génialissime ! Zéro appréhension et c’est participer à quelque chose de bon pour sa santé, que tout le monde fait, comme apprendre à nager !

J’ai toujours trouvé cette idée tellement logique et correspondant si étroitement à notre problème majeur - soit de nous adapter à la majorité des gens et de lui proposer quelque chose à son échelle et à son niveau - que j’ai développé le « permis Pump » et le permis « Spinning » dans mes propres clubs ! « Permis » repris avec succès par quelques clubs francophones que je coachais, et dont je reste profondément convaincu du bien-fondé, surtout à l’heure actuelle, au vu du niveau de forme catastrophique des néophytes potentiels…

La première question qui nous vient à l’esprit est probablement d’ordre financier : « Pourquoi ce programme génère-t-il des revenus plus que substantiels ? ».

CAR : A. Le programme menant au « permis » est payant, et à un prix permettant de B. De motiver les participants à préférer s’inscrire au club ou à s’attacher les services d’un « vrai coach professionnel » plutôt qu’à se coacher tout seuls !

La deuxième question pouvant soudainement nous effleurer l’esprit et qui demande une réponse au plus vite devrait concerner le contenu possible : « Mais c’est quoi ce contenu si extraordinaire, palpitant et motivant – j’allais dire excitant -et qui va garantir le succès de notre « permis » ? ». Deux solutions s’offrent à nous : reprendre la solution de base consistant en dix à douze cours de 60 à 90 minutes. Chaque cours ayant une partie théorique ludique et une partie pratique présentant à chaque fois un autre aspect de l’entraînement ou de ses effets. Ou, deuxième alternative, tout réinventer soi-même.

Pour obtenir le contenu de base exhaustif, il suffit d’écrire à maksacademy24@gmail.com pour pouvoir recevoir jusqu’au 31 juillet et GRATUITEMENT ledit si excitant contenu !

Pour la mise en place et la promotion de ce très intéressant concept, évidemment que je reste à disposition de tout coach ou club désireux de l’implémenter.


Une fois lu tout ce qui précède, il serait peut-être temps de parler d'un concept Sport & Santé à votre niveau ?













1 vue0 commentaire